La nationalité

Je suis français. Chaque jour, plusieurs fois par jour, voilà ce que je m'entends répéter. Preuve que même en 2012, on est encore ce que l'on naît (répétez cette phrase à voix haute). Il paraît que j'ai une tête de français, que j'ai un accent français... Parfois quand je dis un truc, mes collègues se regardent, sourient et disent "qu'est-ce que t'es français quand même". Qu'est-ce qui fait de moi un français ? Est-ce que c'est ma tête ? Mon accent ? Est-ce que c'est une somme de tout ça ? Est-ce que ce n'est pas mon éducation ? Dans quelle mesure suis-je français, dans quelle mesure ai-je grandi en France ?

C'est marrant de voir comme une chose qui n'a aucun poids quand je suis "chez moi" peut en prendre autant une fois en dehors de mes frontières. En France, je suis une personne de sexe masculin et au physique caucasien j'imagine... En Espagne, le premier truc qui me définit c'est ma nationalité. Mais je suis aussi la France. Quoi que je fasse, où que j'aille, je représente la France. Et ça peut être pour tout et n'importe quoi : en France est-ce que vous conduisez comme ça ? Est-ce qu'en France vous allez beaucoup au restaurant ? Quel type de musique vous aimez ? Il y a beaucoup de racistes en France quand même non ? Voilà comment on se retrouve à dire à la pause de midi que les français aiment plutôt le bleu marine et que c'est pas tellement français de manger des patates.  Parfois, au bureau quand je me rassois après avoir parlé de la France, je pense "Je serai l'expat de tous les français". Est-ce que les gens qui me posent ces questions prennent ce que je dis pour argent comptant ? Combien d'entre eux penseront que les français sont tels que je les décris ? À quel point ce que je réponds a un sens ? Probablement que je réponds pour ne pas avoir à constamment dire "je ne sais pas, c'est difficile à dire". Mais au fond, pour chaque réponse que je donne je connais au moins un contre-exemple.

À un moment donné, tout ce que je dis est tellement galvaudé que finalement plus rien n'est vrai. Je connais bien cent français (environ). À fond, je dois en connaître à peine vingt. Si je me base sur cet échantillon de population, aucun ne se ressemble. Je ne retire absolument rien de cet ensemble de spécimens. Ça ne m'empêchera pas de dire que nous sommes plutôt psychorigides, peu solidaires, pas un peuple très festif ou spécialement joyeux. Est-ce que je viens de définir un français ? Ou bien un parisien ? Ou bien les deux ? Est-ce qu'un lillois se reconnaîtra dans cette définition ? Et un marseillais ? Et pourtant si on me demande "comment sont les français ?" c'est sans variation la réponse que je donne. Dans ma tête, je me suis construit un monde de norme, où les français font 1m78 et les françaises, 1m65. Les français sont plutôt minces, les françaises ont les cheveux châtains. Elles n'ont pas de très belles jambes, mais elles ont les yeux en amende et le teint clair. Ils ont généralement une barbe naissante et portent souvent des t-shirt manches longues avec des rayures marines et blanches. La vie de l'expat est souvent peuplée de ce genre d'individus. Ou est-ce que c'est seulement la mienne ?

Constamment balloté entre ma nationalité et le lieu de ma résidence, je ne suis plus chez moi non plus chez moi, où je suis étranger. Que ceux qui ont suivi lèvent la main. Quand je rentre chez mes parents, je suis l'espagnol, pour certains encore l'italien. Ça veut dire quoi "le seum" ? Aucune idée des expressions à la mode en France, je passe pour un retardé mental dans les discussions, celui qui ne comprend pas la campagne de pub à laquelle on fait allusion. "Elles sont comment les espagnoles" ? Je suis marié à une française, je n'en sais rien. Mais je dirai quand même qu'elles sont brunes, et quand la discussion me lasse, j'affirme avec une molle conviction que oui, les espagnols sont des sous-développés. Souvent les français aiment être rassurés. D'où nous vient cette nécessité de croire que ce qu'on fait, on le fait mieux que quiconque ? De Gaulle est mort, on peut arrêter de faire semblant.

Quoi que je fasse, je suis français.

2 commentaires:

  1. Imagines si t'étais belge...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'angoisse... Avec le gouvernement et tout j'ose même pas imaginer.

      Supprimer